Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Monde arabe

Monde arabe

Pierre PICCININ da PRATA (Historien - Politologue)

Publié le par Pierre PICCININ da PRATA
ISLAM – Soufisme – Entretien (4/5) : «L’Islam est une spiritualité laïque»

 

Le Courrier du Maghreb et de l'Orient, Novembre 2016

 

Dans ses éditions précédentes, Le Courrier du Maghreb et de l’Orient a donné la parole aux islamistes fondamentalistes, aux Salafistes, partisans d’une lecture littérale du Coran et d’un « Islam authentique ».

Ces différents entretiens ont suscité de très nombreuses réactions au sein de la communauté des Musulmans « modérés », et dans le milieu du Soufisme notamment, très opposé aux thèses salafistes et à leur lecture d’un Coran qui, notamment, autoriserait la violence (le djihad armé) comme moyen licite de promouvoir et de répandre l’Islam.

Pour en débattre, Pierre Piccinin da Prata a engagé le dialogue avec Saïd Djabelkhir, journaliste algérien, chercheur en sciences islamiques et spécialiste du Soufisme.

Quatrième partie de cet entretien, dont le premier volet a été publié dans l’édition de juillet-août 2016 du Courrier du Maghreb et de l’Orient.

 

PPdP – Vous avez affirmé que toutes les religions sont pacifiques. Je connais nombre de religions qui n’ont rien de pacifique ; certaines sont même éminemment guerrières. Les exemples ne manquent pas dans l’histoire de l’humanité… Si le Christianisme appelle en effet à la paix et au sacrifice de soi pour la foi, à perdre sa vie, en refusant de combattre, pour la sauver dans l’au-delà, c’est une rareté en la matière et, en revanche, le Judaïsme, par exemple, est sans pitié envers les peuples qui se trouvent sur son chemin, et l’Ancien Testament pullule d’occurrences où Dieu a ordonné la destruction de populations entières, passées par les armes.

Quant à l’Islam, le Prophète lui-même et les premiers Califes immédiatement après lui ont fait la guerre et conquis des peuples, dans le but déclaré de répandre l’Islam. Et le Coran est ponctué de versets martiaux (je pourrais ainsi en mentionner tout autant que ceux que vous avez cités relatifs à la paix). Certes, l’argument souvent avancé par les Musulmans « modérés » qui s’opposent à la pratique du djihad armé, c’est qu’il ne s’agissait pas de guerre de conquêtes, mais de guerre défensives… Mais soyons sérieux : en un peu plus d’un siècle seulement, entre 622 et 732, les Musulmans avaient déjà conquis un empire qui s’étendait de la péninsule arabique à la péninsule ibérique et avaient même tenté d’envahir le royaume des Francs… Faire la guerre pour promouvoir l’Islam ne semblait donc pas être un problème pour le Prophète Mohamed et ses successeurs, les Commandeurs des Croyants (califes « bien guidés », comme vous l’avez précisé), ni pour les oulémas de l’époque qui justifiaient toutes ces démonstrations guerrières.

N’est-il pas dès lors un peu étrange et audacieux d’affirmer sans autre forme de procès que, « dans le contexte actuel », tous les versets qui appellent à la guerre doivent être considérés comme obsolètes, tandis que ceux qui appellent à la paix sont parfaitement d’actualité ?

S. DJABELKHIR - Tous les textes religieux qui appellent à la guerre, à l’hégémonie, à l’expansionnisme et à l’anéantissement d’autrui sont en général des textes fabriqués de toutes pièces par les rabbins, juristes et autres oulémas dont les intérêts se croisent avec ceux des pouvoirs en place.

Toutes les guerres ordonnées ou menées par le Prophète Mohamed étaient des guerres défensives. Je vous défie de trouver un seul exemple d’une guerre offensive qui a été ordonnée ou menée par Mohamed.

Le Prophète n’est pas responsable du détournement de l’Islam après son décès, de même qu'il n'est pas responsable des politiques expansionnistes hégémoniques menées par...

 

Read more...

Commenter cet article