Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Monde arabe

Monde arabe

Pierre PICCININ da PRATA (Historien - Politologue)

Publié le par Pierre PICCININ

Belgique - Le PS sanctionné, la gauche est intacte (La Libre Belgique, 15 juin 2007)


  Belgium's French-speaking parties leaders Jean-Michel Javaux (R) of Ecologist party (ECOLO), Elio Di Rupo (C) of socialist party (PS) and Joelle Milquet (L) of Christian Democrat party (CDH) launch the programme of the future Walloon region government i... 


Curieuses analyses que celles qui dominent dans les médias depuis les élections législatives qui ont mobilisé le Royaume ce dimanche 10 juin 2007 :  au sud du pays, les électeurs auraient choisi de déplacer le « centre de gravité » et, comme au nord, le pays serait à présent à droite !


En réalité pourtant, les chiffres montrent que, si le Mouvement réformateur (MR) gagne des points dans certains cantons, il recule dans d’autres et, au bout du compte, son avancée, dérisoire, s’apparente plutôt à un quasi statu quo.


Ainsi, plus exactement, le MR ne doit-il pas d’être devenu le premier parti du sud du pays au seul recul du PS, qui occupait jusqu’alors cette place, et nullement au choix des électeurs d’un nouveau « centre de gravité » ?

En effet, dans la plupart des cantons électoraux, le PS recule, parfois de plus de dix pourcents !


La question, simple, est d’observer vers quel(s) autre(s) parti(s) se sont déplacées les voix des électeurs qui soutenaient auparavant le PS.


Ce n’est manifestement pas le MR qui profite de ce report de voix. Il ne s’agit pas non plus du Parti du Centre démocrate humaniste (Cdh), qui, certes, progresse, mais très faiblement.


Le grand gagnant de ce report des électeurs, c’est, bien évidemment, le Parti écologiste qui, dans certains cantons, double son score précédent. C’est donc bien vers Ecolo que les électeurs de la gauche ont choisi de reporter leurs voix.


Ainsi, le centre de gravité est resté à gauche.


Les scandales à répétition qui ont éclaboussé le PS, principalement à Charleroi, mais pas uniquement, révélant un PS usé par l’exercice du pouvoir et gangrené de mandataires corrompus, ont découragé une partie non négligeable des électeurs traditionnels de ce parti, qui donne en outre, depuis trop longtemps, l’image d’un club clientéliste plus occupé de se maintenir à la direction des affaires que de défendre le projet de société qu’attendent de lui ses électeurs. En conséquence, une partie de ceux-ci, dans les circonstances que l’on a connu juste avant les élections, a très clairement décidé d’envoyer un message fort aux dirigeants du PS, en déplaçant ses votes, non pas sur un parti de droite, mais sur un parti qui, tout au long de la campagne, s’est très explicitement déclaré « à gauche » et a même eu un discours plus engagé « à gauche » que le PS lui-même :  sanctionner le PS, mais voter pour la gauche.


Et, en effet, c’est bien plus sur les thèmes de l’emploi et de la sécurité sociale que sur celui de l’environnement, qu’Ecolo a fait campagne, ne manquant aucune occasion de s’affirmer sans ambiguïté « à gauche » .


Il apparaît donc que l’électorat n’a pas varié et que les grandes tendances restent stables :  le sud du pays est toujours à gauche.


Et, à l’avenir, si le PS parvient à réellement effectuer son « renouveau », s’il parvient à se débarrasser des pommes pourries et à redevenir le parti de ses idéaux, de manière déterminée et sans concession, il est certain que le prochain scrutin électoral verra le PS redevenir le premier parti du sud du pays.


Bien entendu, cela implique que des têtes devront tomber ; et pas des moindres… il faudra voir si le PS aura la capacité (la liberté) interne de procéder à cette purge si nécessaire à son avenir.


Un autre élément qui comptera certainement dans l’avenir du PS, c’est la position qu’adoptera Ecolo dans les prochaines semaines :  Ecolo a-t-il profité des « affaires » pour récupérer les électeurs déçus du PS en leur offrant une alternative crédible à gauche, se positionnant comme tel, ou son positionnement est-il sincère ? Il est évident qu’une participation d’Ecolo à un gouvernement à droite (avec le MR et le Cdh) serait perçue par son nouvel électorat comme une trahison.

Or, depuis les élections, n’entend-on pas Ecolo parler moins, déjà, d’emploi et de mesure sociale, tandis que l’environnement est redevenu le leitmotiv ?… 


Lien(s) utile(s) :  La Libre Belgique.
Coupure de presse :  PS-sanctionne-gauche-intacte3


Voir aussi copie-de-Le-socialisme-aujourd-hui.jpg (élections de 1998) et Elections de 2009.
Egalement : CTE-enseignement.

 

Elections 2010 : Ecolo : « les convergences de gauche, c’est le passé! ».

Commenter cet article