Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Monde arabe

Monde arabe

Pierre PICCININ da PRATA (Historien - Politologue)

Publié le par Pierre PICCININ

Lettre ouverte à Monsieur l'Abbé Gabriel Ringlet *

 

 

 Gabriel+Ringlet[1]     mgr aj leonard[1]

 

 

 

Archevêque et Primat de Belgique, Monseigneur André-Joseph Léonard est, depuis plusieurs jours, l'objet de virulentes critiques de la part de diverses personnalités membres du clergé belge. Après avoir été attaqué par certains évêques, le Primat a été trahi par son porte-parole, Jürgen Mettepenningen, qui, non content d'avoir donné sa démission avec fracas, a cru nécessaire de vilipender son supérieur lors d'une conférence de presse, comportement que d'aucuns qualifient d'indigne.

Ce fut ensuite le tour du très médiatique abbé Gabriel Ringlet de participer à la curée, lequel a prétendu s'exprimer au nom de la majorité des Catholiques...

Pour avoir déjà proposé à plusieurs reprises une analyse à contre-courant des événements qui frappent l'Eglise, nous avons été contacté par de nombreux Catholiques romains, qui ne se reconnaissent pas dans les propos de Monsieur l'Abbé Ringlet : plusieurs fois sollicité à réagir, bien que nous ne partagions pas toujours les vues de Monseigneur Léonard, nous avons adressé la présente lettre ouverte à Monsieur l'Abbé Ringlet.

 

 

«Monsieur l’Abbé,

 

 

Depuis plusieurs jours, vous vous en prenez ouvertement à Monseigneur André-Joseph Léonard, votre Archevêque et Primat de Belgique.

Par vos interventions, dans les journaux, les radios et sur les plateaux de télévision, vous attaquez sans relâche le chef de l’Eglise du Royaume et n’hésitez plus à l’exhorter, même, à démissionner de sa charge.

Vous vous êtes ainsi positionné en champion de la fronde qui, au sein même du clergé belge, vise à déstabiliser l’Archevêché. D’aucuns parlent déjà de schisme et, à tout le moins, la plupart des analystes s’accordent sur le fait que l’Eglise serait en train de se fissurer et de connaître une désunion sans précédent.

Auriez-vous oublié, Monsieur l’Abbé, que Benoît XVI a reçu du Conclave des cardinaux, selon la doctrine catholique, inspiré du Saint-Esprit, la mission de conduire la Sainte Eglise apostolique et romaine ? Auriez-vous renoncé à croire que le Saint-Père représente sur la terre le Christ et que vous lui devez obéissance, ainsi qu’à ceux que le Successeur de Saint Pierre a désignés pour gouverner le peuple de l’Eglise universelle ?

Ces principes fondamentaux, qui, certes, détonnent aux oreilles des modernistes et semblent surgir d’un autre âge, n’en sont pas moins ceux de l’Eglise, qui n’a pas pour fonction de courir derrière les appétences du monde, ces principes que votre qualité de ministre du culte vous oblige à respecter et à défendre.

En vous positionnant ainsi en défiance de votre archevêque, vous appelez à une forme de rupture, faites un tort immense à l’Eglise et marchez sur les traces des églises soi-disant réformées, en opposition complète avec le Credo latin.

Depuis près de deux ans maintenant, l’Eglise catholique est attaquée de toutes parts. Son message, de plus en plus engagé aux côtés des plus pauvres, comme l’a rappelé l’encyclique sociale Caritas in Veritate de Benoît XVI, inquiète en effet les ennemis de l’Eglise, la seule institution internationale et à vocation universelle qui condamne sans ambiguïté les affres du libéralisme économique.

L’origine de ces attaques ne nous est pas inconnue : parties des Etats-Unis, mais aussi et surtout d’Amérique latine et d’Afrique, elles ont été portées par les milieux protestants évangélistes, dans le cadre de cette véritable guerre de religion qui les oppose à l’Eglise, laquelle a depuis peu regagné du terrain sur ces continents. A la remorque des sectes évangélistes, se sont accrochés d’autres milieux, tout aussi hostiles à l’Eglise.

Certes, les hommes qui forment le clergé ne sont pas indemnes de toute erreur. Néanmoins, la virulence des attaques à leur encontre et la stigmatisation dont ils font seuls l’objet ne laissent aucun doute sur la campagne de dénigrement qui les cible. Les scandales se sont ainsi succédés, attisés et surmédiatisés, à commencer par la question des « prêtres pédophiles », comme si l’Eglise en avait l’apanage et qu’aucun autre secteur de la société n’en était affecté.

Aujourd’hui, vous profitez du désarroi de votre hiérarchie pour attaquer de front votre archevêque et, à travers lui, le Vicaire du Christ. Et, à maintes reprises, vous vous êtes adressé à la nation au nom de la « majorité » des catholiques.

Bien que catholique de gauche, je vous assure, Monsieur l’Abbé, que je continue de soutenir mon archevêque, quelles que soient ses options : ses propos sur la maladie du sida, énoncés il y a plusieurs années déjà, sans qu’à l’époque ils ne défrayassent la chronique, et aujourd’hui sortis de leur contexte et utilisés dans la foulées de ces attaques contre l’Eglise, peuvent être considérés comme maladroits mais, surtout, ont été déformés et volontairement mal interprétés.

Il est cependant le berger de l’Eglise romaine dans ce pays et votre devoir, comme celui de ceux qui vous suivent, est de le secourir et non de l’accabler comme vous le faites avec une complaisance non dissimulée.

 

Permettez-moi, à mon tour, de me revendiquer des Catholiques romains de ce pays et de signifier tout notre soutien à notre Archevêque, en cet instant où les Catholiques, tout au contraire de se quereller, sont dans la nécessité de se ressaisir et de recouvrer la communion.»

 

 

Signez la pétition de soutien à Mgr André-Joseph LEONARD, Primat de Belgique.

 

 

* Alors que Monsieur l’Abbé Ringlet, ancien vice-recteur de l’Université catholique de Louvain, a pu s’exprimer et a développé ses thèses en bénéficiant de larges espaces dans les médias (Gabriel Ringlet, à propos de Monseigneur Léonard), et ce sans devoir souffrir de contradiction, aucun des journaux belges francophones sollicités pour la publication de cette lettre ouverte n’a souhaité la diffuser, pas même l’hebdomadaire catholique Dimanche.

 


5212 *

visiteurs uniques ont consulté cette page

            * publié le vendredi 5 novembre / décompte arrêté au 17 novembre 2010

 

 

Ce texte a été aimablement relayé par : Chrétienté Info, Riposte catholique, l'Osservatore Vaticano, Summorum Pontificum, Gloria Sancta Trinitas, France catholique et La Cité catholique.


Lire aussi :

- Le pape et la capote : la dernière blague belge.

Benoît XVI : entre tradition et progrès.

- Qui veut la peau de l'Eglise catholique ?

- Amalgames, acharnement et stigmatisation : l’Eglise catholique dans la tourmente.

Commenter cet article

Olivier MONTULET 24/12/2010 18:21


Je suis issu d'une famille catholique, ne me revendique pas catholique, Je me sens autant issu de la culture judéo-chrétienne d'où est d'ailleurs issue la philosophie des lumières qui est le
fondement de notre construction sociale contemporaine comme je me sens aussi issu de la culture de l'islam (arabe) en ce sens que la pensée scientifique est un héritage arabe dont jouit l'occident.
Personnellement je n'aime pas l'Archevêque Léonard, soyons clair, sa vision conservatrice de l'Eglise est aux antipodes de ce que je pense que la chrétienté doit porter comme valeurs
progressistes.
Je ne comprends pas (où j'ai peur de comprendre...car j'ai mon explication) l'acharnement actuel à l'encontre du monde catholique. Je n'ai personnellement, par contre, eu aucun problème à
comprendre les propos de l'archevêque dès leur énoncé et donc avant même cette lettre d’explication.
Je pense que, certes, Monseigneur Leonard est un mauvais communicateur, mais cela vient du fait qu’il vit dans un milieu où on ne réagit pas dans l’immédiateté, l’émotion, le goût du scandale, mais
où on prend le temps d’écouter et de comprendre, bref un milieu à l’opposé du monde médiatique contemporain.
Aujourd’hui au sein de l’Eglise il y a un mouvement de sauve qui peut de certains… Cela m’étonne encore. Je trouve que pour ce qui est de la morale catholique( chrétienne ?), Monseigneur Léonard en
est bien plus proche que ces trouillards. Trouillards, qui plutôt que de défendre (non l’institution, qui me déplait) l’honnêteté intellectuelle, préfèrent rallier ceux qui crient au scandale sans
avoir essayé de comprendre, si non simplement pris le temps d’écouter.
La presse d’aujourd’hui me désole par le manque de culture de ses rédacteurs, l’inexistence de déontologie et d’éthique journalistiques, l’absence absolue de rigueur et sa seule recherche de
scandale, avec le but de heurter et d’émouvoir. Il paraitrait que ça fait vendre, notez que la presse a de moins en moins d’audience, je pense que le chemin choisi est contreproductif (trop
aggressif, risque de fermer tout essai de compréhension du reste, n’apporte rien au reste).
Non je n’aime pas Monseigneur Léonard, qui mérite néanmoins le respect comme tout un chacun, mais j’aime encore moins ceux qui usent du scandale. Je n’apprécie pas non plus d’ailleurs la politique
qui consiste à réagir immédiatement à l’émotion populaire, au surplus, en prenant des positions publiques, populistes et irréfléchies. Quel sens a une commission parlementaire sur la pédophilie
dans l’Eglise ? Sur la pédophilie, oui; dans l’Eglise, non ! Comme si la pédophilie était, tout d’un coup un problème propre à l’Eglise. Il est vrai que la presse fait des raccourcis
fantasmagoriques comme celui de dire qu’il y a des pédophiles dans l’Eglise à cause du célibat des prêtres. Or, on sait, de façon scientifique, que la pédophilie existe dans tous les milieux et
qu’elle agit très largement et essentiellement dans le milieu familial (c’était d’ailleurs le cas de l’Evêque de Bruges). On irait même, à cette occasion, jusqu’ à remettre en cause les bases du
droit et de la présomption d’innocence à condamner sans preuve et à supprimer les délais de prescription !
L’Eglise naturellement est particulièrement exposée aux dérives médiatico-populistes du fait de sa persistance dans sa morale conservatrice en matière sexuelle qui est en désaccord total avec
l’évolution sociétale et même les nécessités sanitaires. L’Eglise doit ouvrir les yeux et changer son discours.
Quand à ceux, dont les laïcs convaincus (et oui ce paradoxe est des plus courants), qui pensent gagner une bataille religieuse décisive, je pense qu’ils se fourvoient. Ils risquent, en effet, de
provoquer un sentiment de victimisation et ainsi enclencher un phénomène de resserrement des membres de l’Eglise. Et quand bien même il gagnerait une bataille, par exemple par une démission d’un
archevêque ou autre, ce serait une victoire à la Pyrrhus ; le prix à en payer sera d’avoir renoncé à la tolérance, la liberté d’expression, et la rigueur intellectuelle et pour les chrétiens, au
surplus, au pardon.


Ludovic Werpin 19/11/2010 20:39


Lors de la nomination de Mgr Léonard, il y a quelques mois :
"La Communauté de Sant’Egidio, qui est aussi présente dans le diocèse de Malines-Bruxelles (Bruxelles, Louvain-la-Neuve et Leuven), souhaite la bienvenue à de Mgr. André-Mutien Léonard comme nouvel
archevêque de Malines-Bruxelles et primat de Belgique.
Pendant ses années comme évêque de Namur, Sant’Egidio a appris à le connaître et à l’apprécier comme un pasteur chaleureux et paternel, qui entretient de bonnes relations avec les gens et touche
les jeunes. Il s’agit de quelqu’un qui ose se profiler et promouvoir la foi catholique, même si cela va à l’encontre du courant de pensée dominant.
Dans le combat pour la régularisation des sans-papiers, pour lequel Sant’Egidio a beaucoup oeuvré, la Communauté a toujours pu compter sur Mgr Léonard. Il a participé à plusieurs manifestations et
il a même accueilli des sans-papiers dans son palais épiscopal.
Mgr Léonard est par ailleurs très ouvert aux nouveaux mouvements dans l’Eglise. La Communauté de Sant’Egidio prie pour lui et pour sa nouvelle fonction, lui transmet son soutien et espère une
collaboration fructueuse."


Patrick R. 12/11/2010 12:43


Juste un petit mot pour vous dire MERCI de défendre la vérité et la justice.

Bonne continuation dans votre combat et je vous assure du soutien de beaucoup de personnes qui rejoignent vos idées si clairement exposées dans vos articles.


Servais Jean 12/11/2010 08:59


Voir interview de Gabriel Ringlet sur le site :
http://dominations.ifrance.com

Pour lui, l'enfer,le paradis et le purgatoire sont de inventions de l'Eglise pour faire peur aux gens.


Olivier M. 11/11/2010 16:13


@Angela Muller

Vous avez entièrement raison. Si on écoutait les Ringlet, il faudrait probablement censuré pas mal de passages des évangiles et même l'un ou l'autre des dix commandements.