Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Monde arabe

Monde arabe

Pierre PICCININ da PRATA (Historien - Politologue)

Publié le par Pierre PICCININ

Libye - Entretien avec Pierre Piccinin (Corriere del Ticino, 27 août 2011)

 

Sur le front avec les rebelles libyens *

 

Photos-illustration-2 3698 - Copie

                                                                                            ©  photo Pierre PICCININ (août 2011)

   

propos recueillis par Osvaldo MIGOTTO 

 

 

 

Pierre PICCININ est récemment rentré de Libye, où il a passé une semaine à Benghazi et sur la ligne de front, accompagnant les rebelles qui mènent des incursions dans les zones contrôlées par les troupes de Kadhafi.

 

Photos-illustration-2 3763 - CopieProfesseur Piccinin, vous a-t-il été difficile de rejoindre Benghazi?

Pour le moment, il n’y a que les avions de l’ONU et de l’OTAN qui peuvent accéder librement à Benghazi, en provenance de Malte. Mais, comme je ne fais partie ni du personnel de l’OTAN, ni de celui de l’Union européenne, j’ai dû gagner Benghazi en passant par l’Égypte. De là, une agence de sécurité m’a procuré une voiture, avec un chauffeur et un garde du corps, et j’ai passé la frontière libyenne, jusqu’à Benghazi.

Vous avez suivi les rebelles sur le front. Étiez-vous le seul occidental?

Pour être honnête, je dois dire que j’ai réussi, grâce à quelques connaissances, à avoir une chambre à l’hôtel Tibesti, le grand hôtel de Benghazi où se trouve le siège de la mission de l’Union européenne et où logent tous les journalistes. Mais, quand on sort de Benghazi pour suivre les rebelles, il est très difficile de pouvoir passer les check-points qui barrent régulièrement la route qui mène au front. On pouvait arriver jusqu’à Brega, avec une autorisation ou une carte de presse. Mais il était interdit d’avancer plus loin, car on arrivait alors dans la zone des combats. Toutefois, j’étais l’un des rares occidentaux à sortir le soir dans Benghazi, lorsque les gens manifestaient, et j’avais sympathisé avec quelques miliciens. C’est ainsi que j’ai pu continuer vers la zone de guerre, avec eux, à bord de leur pick-up, traversant tous les check-points jusqu’à la ligne de front : ils m’avaient caché parmi eux, en me mettant une casquette sur la tête et une kalachnikov dans les mains. Sur la ligne de front, je n’ai vu aucun journaliste, ni aucun autre occidental.

Quelle impression avez-vous eue des rebelles que vous avez rencontrés durant votre périple?

Je n’ai constaté aucun signe d’hostilité et je ne peux que parler en bien de ces personnes. Ce sont des gens généreux, qui partagent tout ce qu’ils ont, des gens sympathiques. Mais ils se comportent comme des cowboys; ils n’ont aucune formation militaire : ils se lèvent le matin et ne vont au front que s’ils en ont l’envie. Ils n’obéissent à personne d’autre qu’au chef de leur clan. Ils ne suivent pas vraiment les ordres du Conseil national de transition (CNT), qui est en fin de compte assez faible et ne commande directement que les quelques régiments de l’armée libyenne qui ont rejoint le camp de la rébellion. En d’autres termes, chaque clan fait ce qu’il veut, surtout maintenant qu’ils disposent de grandes quantités d’armes et de munitions, ayant fait main-basse sur tout ce qu’ils ont trouvé dans les casernes abandonnées par les troupes du gouvernement : les clans ont augmenté leur arsenal et il sera bien difficile de le leur reprendre. Pour ces différentes raisons, le CNT a bien du mal à coordonner les opérations militaires avec tous ces groupes.

Les personnes que vous avez rencontrées vous ont-elles parlé du futur dont elles rêvent pour la Libye?

Certaines personnes proches du CNT m’ont dit vouloir établir en Libye un État démocratique traditionnel. Mais les chefs de clan et des milices armées ont une vision des choses tout à fait différente. Eux, ce qui les intéressait, c’était de se débarrasser de l’autorité du gouvernement libyen et de prendre le contrôle de leur territoire, pour gérer leurs petites affaires, trafics d’armes, de drogue... Et contrôler les puits de pétrole, mais aussi l’eau, car, dans ce pays aride qu’est la Libye, l’eau représente également une grande richesse.

 

 

* Traduit de l'italien.

 

 

Lien(s) utile(s) : Corriere del Ticino.

 

 
Coupure de presse : 
l'intervista

 

 

Lire aussi :

 

 

 

© Cet article peut être librement reproduit, sous condition d'en mentionner la source (http://pierre.piccinin-publications.over-blog.com). 

Commenter cet article