Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Monde arabe

Monde arabe

Pierre PICCININ da PRATA (Historien - Politologue)

Publié le par Pierre PICCININ

Proche-Orient - Flottille de la paix : le gouvernement israélien a-t-il eu l'intention de tuer? (Alter Info, 8 juin 2010)

 

 

 

2137889-2978345

 

 

 

 

Vignette JérusalemIl est particulièrement choquant d’entendre partout les ambassadeurs et porte-parole de l’Etat hébreux déclarer que « les soldats israéliens ont été attaqués par les militants pro-palestiniens présents sur le bateau ».

 

Certes, il est difficile de soutenir que la Flottille de la paix avait pour seul objectif d’acheminer du matériel aux populations palestiniennes, qui étouffent sous le blocus israélien mené contre la bande de Gaza, où l’on manque de tout, y compris des biens de première nécessité.

 

Ainsi, le but principal était bien évidemment de provoquer une réaction israélienne, de sorte à dénoncer ce blocus, que les gouvernements de partout faisaient mine d’ignorer et dont tout le monde est aujourd’hui pleinement conscient.

 

Mais il ne faudrait pas inverser les rôles ! Ce ne se sont quand même pas les passagers de la flottille qui ont attaqué les navires de guerre israéliens ; ce sont les soldats israéliens qui ont pris d’assaut les bateaux de la flottille, dans les eaux internationales, et les passagers se sont défendus de cette attaque, des civils qui n’imaginaient certainement pas que plusieurs d’entre eux allaient y laisser la vie…

 

Ils se sont défendus avec des bâtons (« des manches de brosse », selon les témoignages des passagers libérés), avec des « barres de fer », selon les autorités israéliennes (qui tentent peut-être, en déclarant cela, de grossir les faits, principe élémentaire de toute bonne propagande de guerre).

 

C'est ce que l’on peut voir sur les images fournies par le Ministère de la Défense israélien (Images du Ministère de la Défense israélien).

 

Mais l’on y voit aussi des passagers utiliser des chaises longues pour repousser l’avancée des soldats, soit une défense improvisée, bien éloignée de l’idée d’embuscade que les autorités israéliennes tentent de diffuser dans les médias.

 

Cependant, pas de cocktails Molotov, ni de machettes, ni rien de tout cela, ce que l’armée israélienne affirme pourtant avoir trouvé à bord, sans pouvoir néanmoins le prouver (puisqu’aucun observateur neutre n’était présent lors de l’assaut israélien, situation bien pratique...). Mais pourquoi, si une telle cargaison se trouvait sur le bateau, les « passagers hostiles » n’en ont-ils pas fait usage pour « attaquer » les commandos israéliens ?

 

Par contre, les personnes assassinées ont été autopsiées.

 

D’une part, la plupart d’entre-elles ont été tuées dans le dos. Elles ne faisaient donc pas face aux soldats, mais s'enfuyaient.

 

D’autre part, les balles ont surtout touché les têtes. On ne peut qu’en conclure qu’il y eu volonté de tuer. En effet, tout policier, lors de sa formation à l'école de police, a appris que, pour arrêter quelqu'un, s'il est contraint d’utiliser son arme, il est tenu de tirer dans les jambes, dans le seul but d’immobiliser la personne, et il ne doit jamais viser la tête.

 

Enfin, le bilan est lourd (au moins 9 morts) et certains corps étaient criblés de balles, jusqu'à cinq impacts sur un même corps! Et cela sans compter une cinquantaine de blessés par balles. C’est dire que les commandos n’ont pas hésité à ouvrir le feu tous azimuts sur les civils.  

 

Le gouvernement israélien peut tenter de forcer la version de l’histoire, mais les faits sont là, choquants, terribles, implacables : on est très loin de la bavure, d’un décès accidentel.

 

Il est donc bien certain qu’Israël avait décidé d'arrêter cette flottille quel qu'en fût le prix, y compris la mort d’une partie des civils présents sur les bateaux. Sans cela, dès qu'ils ont vu qu'il y avait de la résistance, les commandos se seraient retirés pour éviter ce carnage. C’est là, également, un des principes de base qui gouverne ce type « d’opération de police ».

 

Mais, plus encore, selon les indices dont nous disposons, tout mène à déterminer que l'objectif de l’intervention israélienne a été de faire un exemple et de définitivement décourager toute tentative de ce genre.

 

Si le Conseil de Sécurité de l’ONU et la communauté internationale ne réagissent pas concrètement, Israël aura atteint son but.

 



Lien(s) utile(s) : Alter Info.

 

 

Lire aussi : Gaza : un projet planifié ? et Israël, un Etat-voyou en liberté

Commenter cet article