Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Monde arabe

Monde arabe

Pierre PICCININ da PRATA (Historien - Politologue)

Publié le par Pierre PICCININ

Proche-Orient - Israël, un État-voyou en liberté  (Alter Info, 2 juin 2010)

 
                2137889-2978345 

 

 

 

Vignette Jérusalem bisUne nouvelle fois, l’État israélien a bafoué le droit international, par une action qui, à nouveau, constitue sans ambiguïté aucune un « crime de guerre ».

 

Ce 30 mai, des bateaux de guerre israéliens ont pris d’assaut plusieurs embarcations civiles qui acheminaient de l’aide humanitaire à destination de Gaza. Le bilan de l’opération contre cette flottille est de plus de dix morts civiles (15 ou 19, selon diverses sources), dont des citoyens turcs, et plusieurs centaines de prisonniers, parmi lesquels des Allemands, des Irlandais, des Français, des Grecs, des Britanniques, des Italiens, des Belges...

 

En attaquant des bateaux battant pavillon étranger, et ce dans les eaux internationales, l’Etat israélien, au terme strict du droit, a agressé plusieurs nations membres de l’ONU, à commencer par la République de Turquie, également membre de l’OTAN.

 

En outre, l’État israélien a assassiné des civils, en violation de la Convention de Genève sur le droit international humanitaire.

 

Plus simplement, au terme du droit maritime international, cette attaque et l’enlèvement des personnes actuellement retenues en Israël constituent ni plus ni moins qu’un acte de piraterie.

 

La Charte des Nation Unies ne fait aucun doute : Israël doit répondre de ses actes devant la Cour de Justice internationale, seule apte à juger les États.

 

Pourtant, Israël a décidé cette action sans crainte d’aucunes représailles et a mené cette opération sans aucun état d’âme.

 

Certes, c'est maladroit, car cette action nuit gravement à l’image d'Israël.

 

Mais l'image d'Israël est devenue à ce point négative que cette nouvelle exaction ne fera pas beaucoup de différence : avec la guerre au Liban, en 2006, et les bombardements sur Gaza, en 2008 et 2009, opérations qui ont fait plusieurs milliers de morts civils, dont de nombreux enfants, et ont détruit des villages entiers et des centres humanitaires de l'ONU et de la Croix rouge, Israël n'a plus grand chose à perdre en terme d'image.

 

Restait-il d’ailleurs encore quelque chose à préserver, au vu des innombrables violences antérieures même à ces derniers événements ?

 

 

   

 

 

Par contre, Israël poursuit son objectif d’asphyxier les Palestiniens, à Gaza comme ailleurs, les poussant à l’exil, livrant ainsi ces territoires à la colonisation juive.

 

En somme, dans un calcul cynique entre coût politique et bénéfice territorial, l'image négative en terme humanitaire ne pèse pas lourd en face d’une autre image, celle de force et de détermination, et de l’achèvement du projet d’expansion initié en 1948.

 

Cette fois, cependant, il y a eu des morts, et non pas seulement des Palestiniens, victimes habituelles des bombardements israéliens et que la communauté internationale semble avoir depuis longtemps rayés de la liste des peuples protégés par la Charte.

 

La Turquie, à tout le moins, a déclaré qu’il ne lui serait pas possible d’en rester là et a déjà rappelé son ambassadeur en Israël. Plusieurs États de l’Union européenne ont demandé une enquête internationale. Et la Ligue arabe s’est jointe à eux.

 

Déjà englué dans la marée noire qui touche la Floride, le président Obama (qui n’a pas condamné l’attaque) n’avait pas besoin de cet incident diplomatique grave. Mais probablement, comme toujours, le veto états-unien viendra-t-il bloquer toutes velléités de réaction trop concrète de la part du Conseil de sécurité des Nations Unies.

 

Pourquoi, dès lors, Israël, État voyou en liberté, se priverait-il de poursuivre sa politique de violences ? Et ce au nez et à la barbe de la communauté internationale, qui achèvera ainsi de se discréditer complètement.

 



Lien(s) utile(s) : Alter Info.

 

Lire aussi : PROCHE-ORIENT - Gaza : un projet planifié ?.

Commenter cet article

Claude Albert 19/08/2011 10:24



Israël Etat voyoux ?


Israël est le seul rampart contre l'islamisation qui déjà a atteint le point de non retour en Europe.


Dans moins de 20 ans vous vivrez en Europe en étét de dhimmitude, vos femmes et vos filles porteront la burqa et vos églises deviendront des mosquées.


Israël, espèce d'ignorant, est la seule démocratie du Moyen-Orient ou vivent heureux 1.2 millions d'arabes, demandez-leurs, ils bénificient de toutes les prestations et avantages que les autre
israeliens et non aucune envie de vivre sous régime arabe. je peux vous le dire j'ai vécu six ans en israel.


Facile d'écrirer comme vous le faites assis derrière votre bureau alors que probablement vous n'avez jamais mis les pieds en Israel.


Peut-être que déjà vous avez un arabe dans votre famille, peut-être votre fille est-elle déjà, burqa sur le dos, mariée à un palestinien.


Israel ne pactise pas avec le diable. Les assasins assoiffés de sang que sont les palestiniens sont et doivent être traités comme tels.


Alors avant d'écrire vos articles de merde, occupez-vous donc de l'islamisation en France qui vous dévore de l'intérieur.


les Rois Capétiens doivent se retourner dans leur tombe, sombres crétins.



Henri Montjoie 07/06/2010 16:38


Le gouvernement israélien a filmé l'assaut sur la flottille. Et on voit très clairement des passagers se battre
(http://www.drzz.info/article-flotille-de-la-paix-une-nouvelle-video-accablante-51427964.html).

Ils ont donc attaqué les soldats israéliens!

En plus, l'armée israélienne a trouvé à bord des cocktails molotov et des armes blanches.

L'arraisonnement de la flottille semblerait donc bien justifiée et les militants pro-palestiniens qui étaient à bord ont attaqué l'armée israélienne.


Pierre PICCININ 07/06/2010 16:56




Je trouve qu’il est particulièrement choquant d’entendre partout les
ambassadeurs israéliens déclarer que « les soldats israéliens ont été attaqués par les militants pro-palestiniens présents sur le bateau ».


 


Il ne faut pas inverser les rôles ! Ce ne se sont pas les
passagers qui ont attaqué les soldats ; ce sont les soldats qui ont attaqué le bateau et les passagers se sont défendus de cette attaque.


 


Et ils se sont défendus avec des bâtons (« des manches de
brosse », selon les témoignages des passagers libérés), avec des « barres de fer », selon les autorités israéliennes (qui tentent peut-être, en déclarant cela, de rendre les
choses plus sérieuses).


 


C'est tout ce que l’on peut voir sur les images fournies par les
Israéliens (on voit aussi des passagers utiliser des chaises longues pour repousser l’avancée des soldats israéliens).


 


Mais pas de cocktails Molotov, ni de machettes, ni rien de tout cela,
que l’armée israélienne affirme pourtant avoir trouvé à bord, sans pouvoir néanmoins le prouver (puisqu’aucun observateur neutre n’était présent lors de l’assaut israélien, situation bien
pratique...).


 


Par contre, les personnes assassinées ont été autopsiées :  elles
ont été tuées dans le dos (elles ne faisaient donc pas face aux soldats, mais s'enfuyaient); les balles ont surtout touché les têtes (il y avait donc volonté de tuer: n'importe quel policier
qui fait la circulation dans un carrefour, lors de sa formation à l'école de police, a appris que, pour arrêter quelqu'un, s'il doit utiliser son arme, il est tenu de tirer dans les jambes,
jamais à la tête); enfin, certains corps étaient criblés de balles!


 


Non seulement Israël avait décidé d'arrêter ce bateau quel qu'en soit
le prix, y compris des morts (si non, dès qu'ils ont vu qu'il y avait de la résistance, les commandos se seraient retirés pour éviter ce carnage), mais, plus encore, tout indique que le but
était de tuer, probablement dans l'objectif de faire un exemple et de définitivement décourager toute tentative de ce genre.


 


Quoi qu’il en soit, les passagers étaient en droit de se défendre de
soldats qui attaquaient leur bateau. C'est légalement de la légitime défense.


 


Le gouvernement israélien peut tenter de forcer la version de
l’histoire, mais les faits sont là, choquants, terribles, implacables.




Alejandro Torrado 03/06/2010 14:44


Mr, vous ne croyez pas que la position d'Obama est encore plus difficile que d'autres fois? les relations avec la Turquie vont se compliquer encore plus si la communauté internationale cède encore
un fois au véto des Etats-Unis. C'est un membre de l'OTAN qui se rapproche de plus en plus (en fait depuis l'attaque sur Gaza de 2008) de l'Iran d'Ahmadinejad.


Pierre PICCININ 03/06/2010 15:15



 


Effectivement, le président Obama ne doit pas trouver trop bonne cette mauvaise blague israélienne.


 


Surtout en ce moment où il est fortement critiqué pour la gestion désastreuse de la marée noire en Floride. Il
n’avait vraiment pas besoin de ça en plus.


 


Et d'autant moins que ce n'est pas la première fois qu'Israël met les Etats-Unis dans l'embarras, voire se
moque ouvertement de son grand protecteur (http://jeanmarcelbouguereau.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/03/17/quand-le-gouvernement-d-israel-humilie-l-amerique-d-obama.html).


 


Mais la communauté juive est très puissante aux Etats-Unis et tous les présidents, qu'ils soient démocrates ou
républicains, doivent tenir compte de ce facteur dans leur prise de décision, car l'influence de cette communauté peut se révéler déterminante, et pas seulement sur le plan électoral...


 


Donc, Obama n'a pas le choix, il devra couvrir l'action d'Israël.


 


Cela dit, la Turquie ne doit pas pour autant être humiliée : elle est déjà suffisamment mécontente de ne pas
être admise dans l'Union européenne; il ne faudrait pas, en plus, qu'elle passe pour quantité négligeable, alors qu'elle est membre de l'OTAN et qu'elle vient d'être attaquée par Israël, qui a
assassiné plusieurs de ses citoyens. Les Etats-Unis s’inquiètent d’ailleurs du rapprochement d’Ankara et de Téhéran.


 


Et il y a aussi les Etats européens, dont des citoyens se trouvaient sur les bateaux de cette flottille
humanitaire, et qui réclament leur libération (ils sont actuellement emprisonnés en Israël) et des explication à l'Etat hébreux, qui, cette fois, est allé très loin.


 


C'est pourquoi les Etats-Unis n'ont pas pu s'opposer complètement à l'adoption par l'ONU d'une résolution
demandant une enquête sur ces événements.


 


Néanmoins, qu'est-ce qu'une enquête? Et le texte de cette résolution est assez mou...


 


En plus, c'est le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU (et pas le Conseil de Sécurité, c’est
différent...) qui a pris cette résolution demandant une enquête internationale.


Et les Etats-Unis ont voté contre, avec l'Italie et les Pays-Bas, tandis que la France et le Royaume-Uni se
sont abstenus... La Belgique également... Ils avaient proposé que l’enquête soit menée par les autorités israéliennes elles-mêmes (sic).


 


En outre, cette résolution est "non contraignante", ce qui signifie qu'Israël n'est pas obligé de s'y
conformer... Autant dire "des cacahuètes"...


 


D'ailleurs, Israël a déjà fait savoir qu'il rejetait cette résolution et refusait de collaborer à cette enquête
: selon Israël, l'ONU "n'a aucune autorité morale" et, en conséquence, Israël refuse de se plier à cette décision (ce qui est très intéressant, car c'est précisément sur la seule résolution
181 de l'ONU, de 1948, que repose le droit à l'existence de l'Etat d'Israël; donc, si l'ONU ne représente aucune autorité morale, l'existence d'Israël ne repose plus sur rien...).


 


A lire (j'ai beaucoup apprécié) : http://www.bakchich.info/Israel-contre-la-flottille,10963.html.


 


http://www.wat.tv/video/video-493lj_2o5t9_.html



Sébastien 02/06/2010 17:27


Bonjour,
Il y a quelques inexactitudes a mon avis; la flottille "humanitaire", quel était le but d'un transport de cocktail Molotov? Et pourquoi des "humanitaires" ont lynchés les commandos israéliens,
armés de paintball et d'une arme de point, a coups de battes de fer et cocktails molotov? Il est clair que Israël est un état couvert par les états-unis et qui ne risque strictement rien. L'état
d'Israël voulait vérifier le contenu des bateaux, et ils en ont tout a fait le droit de plus que la flottille était sur le point d'entrer en eaux Israélienne. Je ne suis ni pro-israelien ni
pro-palestinien, mais les médias corrompent tous, et j'essaye d'informer les gens via des relations en Israel a la frontière de Gaza.
Sébastien


Pierre PICCININ 03/06/2010 12:26



Cher Sébastien,


Je dois vous dire que vous êtes mal informé, sur les événements et sur le
droit international.


En effet, c'est l'armée israélienne qui soutient que ses soldats ont été
repoussés par des cocktails Molotov et au moyen de bâtons et de couteaux.


Par contre, des témoignages recueillis parmi les personnes qui se
trouvaient à bord des bateaux attaqués (parmi ceux qui ont déjà été libérés, du moins), y compris des membres d'organisations humanitaires neutres et bien connues, dont la Croix rouge
internationale, il ressort que les civils se sont défendus, comme ils ont pu, de l'agression israélienne, en utilisant ce qu'ils avaient sous la main, mais ni couteaux, ni cocktails
Molotov.


Et quand bien même l’auraient-ils fait, je vous rappelle que les
événements ont eu lieu dans les eaux internationales. Donc, la marine israélienne n'avait absolument aucun droit d'intervenir contre ces bateaux, qui battaient pavillon turc (autrement dit, la
marine israélienne a attaqué la Turquie).


En outre, la flottille n'était pas sur le point d'entrer dans les eaux
territoriales israéliennes, mais bien dans les eaux territoriales du territoire autonome palestinien de Gaza (contre lequel Israël mène un blocus illégal au terme du droit international; un
blocus, en effet, correspond à un acte de guerre "de basse intensité" et, à plusieurs reprises déjà, l'ONU a enjoint Israël de mettre un terme à ce blocus illégal).


Autrement dit, les personnes qui se trouvaient à bord de cette flottille
se trouvaient en légitime défense face à ce qui est, sans doute aucun, à la fois un acte de guerre et à la fois un acte de piraterie.


Cette flottille avait parfaitement le droit de se rendre à Gaza et
l'armée israélienne a agi en violation complète du droit.


J'espère que ces quelques éclaircissements vous permettront d'informer
plus correctement vos relations en Israël.


Bien à vous.