Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Monde arabe

Monde arabe

Pierre PICCININ da PRATA (Historien - Politologue)

Publié le par Pierre PICCININ

Syrie - Devons-nous intervenir en Syrie ?

(Politis, septembre 2012) 

 

    SYRIE--Alep----Juillet-et-aout-2012 2203

    Alep, août 2012 © photo Pierre PICCININ

 

 

 

 

20 08.Still011« Salaam aleikoum, Pierre. I think you call me… I’m sorry ; I can’t receive your call. Situation, here, in hospital, is so bad… Especially today! It’s a crazy state… Ok... I hope to you… Bye-bye… Bye... »

 

Cet appel, qui illustre de manière tragique le désarroi auquel sont abandonnés les insurgés de Syrie, je l’ai reçu il y a quelques jours. C’était le Docteur Yasser Darwish, un des rares médecins de l’hôpital Dar al-Shifaa, à Alep, où affluent chaque jour des dizaines de blessés.

 

J’y étais, en juillet et août, mon cinquième séjour en Syrie.

 

Je n’oublierai jamais les yeux de ce petit garçon qui s’est réfugié dans mes bras et que j’ai éloigné du spectacle insoutenable des corps de ses parents et de son grand-frère, broyés par le plafond de béton de leur immeuble bombardé. Ni non plus ce 21 août : un hélicoptère avait tiré trois roquettes sur une foule, lors d’une distribution de pain; des véhicules se sont succédés pendant des heures, déversant morts, blessés, morceaux de corps humains sectionnés, déposés à même le trottoir.

 

Tous les jours, j’ai été témoin de crimes contre l’Humanité, tels que les définit le droit international.

 

En juillet 2011, en décembre et janvier ensuite, j’étais rentré de Syrie, sceptique : les manifestants étaient peu nombreux et seules quelques bourgades se révoltaient ; et certains quartiers de Homs, où j’avais rencontré les rebelles… Par contre, dans les grandes villes, des centaines de milliers de Syriens manifestaient leur confiance dans les promesses du président al-Assad et attendaient les élections « libres » de mai.

 

J’y suis retourné peu après ces élections, truquées, décevantes : plus de manifestations pro-Assad ; partout, des policiers et des militaires, et des villes assiégées. La dictature réprimait, sûre du soutien russe : bombardements de civils et arrestations massives des opposants.

 

Dans ce contexte nouveau, les observateurs étrangers dérangeaient : incarcéré à Homs, moi-même électrocuté et tabassé, j’ai vu les atrocités commises dans les prisons…

 

La Syrie n’est pas en proie à une guerre civile, ni à une manœuvre néocolonialiste, se jouant d’un conflit clanique comme en Libye. Il s’agit d’une révolution populaire face à une dictature policière.

 

Les onze Conseils militaires de l’Armée syrienne libre ont édicté une Charte (les minorités, qui avaient craint une insurrection islamiste, s’en sont trouvées rassurées) : lutte contre al-Qaeda ; élections démocratiques et État de droit ; respect des Droits de l’Homme et interdiction des vengeances (dont certains s’emparent pour salir la Révolution, en les comparant abusivement aux crimes que le régime a quant à lui institués en système de gouvernement).

 

Mais les rebelles n’ont aucun moyen contre l’aviation ; et les munitions s’épuisent.

 

Pour une fois, un peuple appelle à l’aide. Ni troupes au sol, ni appui aérien. Les insurgés demandent simplement que les États-Unis et la France cessent de les empêcher d’acheter des armes et d’être ainsi « les complices des crimes de guerre commis par le régime ».

 

Car on se saurait affirmer qu’il n’y a pas d’intervention en Syrie : dans les faits, derrière les discours, l’Occident démocratique a choisi son camp ; et ce n’est pas celui des révolutionnaires.

 

Lien(s) utile(s) : Politis

 

 

Coupure de presse : S021000870 1209251610000 

 

 

Lire aussi :

 

- SYRIE - La Révolution syrienne s’organise, mais se débat, seule, face à la machine de guerre du régime baathiste

  

- SYRIE - Chroniques de la révolution syrienne

 

 

 

 

 

© Cet article peut être librement reproduit, sous condition d'en mentionner la source 

www.pierrepiccinin.eu

Commenter cet article

Mohammad 12/11/2012 20:05


Si j'étais un policier ou un douanier, ce monsieur aurait vécu une toute autre expérience.
Y'a pas besoin d'être un grand physionomiste pour lire un tas de choses sur sa figure en tout cas... 

rouws93 08/11/2012 16:18


Je me demande comment la question peut se poser ... Bien sur qu'il faut intervenir, mais la décision est difficile à prendre, les russes, les chinois veillent au grain ... Je ne pense pas que les
occidentaux vont vouloir s'opposer à ces deux derniers, de peur de subir des répercutions économiques fortes sous forme de boycot de certains produits ou même voir plus, une crispation politique
forte ...


 


Merci pour cette article !

Joelaindien 02/11/2012 00:22

Hello ! un passage et un petit coucou pour te signaler que suite à l'ouragan Sandy, et les debâts sur les conséquences du réchauffement climatique j'ai fait une carte des catastrophes naturelles
dans le monde depuis 2008, très instructif sur certains points ! @+