Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Monde arabe

Monde arabe

Pierre PICCININ da PRATA (Historien - Politologue)

Publié le par Pierre PICCININ

Syrie - Réponse à Diana Johnstone et aux néo-négationnistes (Alter Info, 5 novembre 2012)   

    SYRIE--Alep----Juillet-et-aout-2012 0109

    Alep, août 2012 © photo Eduardo RAMOS CHALEN  

 

Quelques jours avant de partir pour un sixième voyage dans l’Enfer d’Alep, à la fin du mois d’octobre 2012, j’ai participé à une conférence sur la Syrie, à Bruxelles, organisée dans le cadre du « Festival des Libertés ».

Suite à cette intervention, Madame Johnstone, journaliste états-unienne, une amie de l’un des intervenants, Jean Bricmont, m'a attaqué de manière odieuse et fort malhonnête sur le site online Le Grand Soir (Fabrice à  Waterloo : l'Occident humanitaire et la Syrie, 26 octbre 2012).

J'ai bien évidemment demandé un droit de réponse.

Ce droit de réponse m'a cependant été refusé, à mon grand regret, car je tenais Le Grand Soir pour une publication impartiale et honorable.

La législation ne donnant pas la même valeur à un texte publié dans un quotidien imprimé et à un texte publié sur Internet, je n’ai pas pu assigner Le Grand Soir devant un tribunal, pour exiger ce droit de réponse qui me semble le fondement le plus élémentaire du débat intellectuel.

Abritée par Le Grand Soir, Madame Johnstone a donc pu écrire ce que bon lui a semblé, sans craindre la contradiction.

Heureusement, de même qu'Internet a permis au site online Le Grand Soir de contourner en son temps la censure de la presse mainstream, de même, Internet me permet de contourner la censure pratiquée par Le Grand Soir, qui se fait ainsi l’outil d’une propagande mensongère et diffamatoire, perdant de fait son statut de « presse alternative » intègre offrant un espace de débat équilibré.

J'ai donc publié ma réponse sur le site AlterInfo, qui a eu l’amabilité de le diffuser, poursuivant quant à lui sa mission de contre-censure.

 

Pierre-46[Photo : avec une katiba à Alep, dans le quartier de Karm al-Jabal, octobre 2012 - © Benoit De Freine]

C’est dans l’avion qui m’emporte pour un septième séjour d’observation en Syrie, depuis que la révolution a commencé, un troisième séjour à Alep, que je rédige à la hâte cette réponse au méchant petit pamphlet commis en ma défaveur par Diana Johnstone et publié dans Le Grand Soir.

Dans quelques heures, en effet, une fois entré dans Alep, où je demeurerai une longue semaine, je ne disposerai plus d’Internet et trop rarement d’une connexion téléphonique pour pouvoir répliquer aux attaques personnelles dont m’a gratifié la journaliste américaine. Or, il n’est pas dans mon habitude de laisser de côté un affront mal lavé.

Je ne me propose pas, toutefois, d’apporter ici bien grand-chose au débat relatif à la crise syrienne, dans la mesure où l’article de Madame Johnstone, s’il assène au lecteur une volée de sentences dégoulinantes d’ironie, ne présente hélas ni argumentaire, ni fait qui pourrait donner lieu à réflexion. Mais il m’apparaît intéressant de démonter la technique de dénigrement mise en œuvre par cette personne pour essayer de me discréditer, d’une part, et, d’autre part et surtout, important de remettre l’église au milieu du village en dénonçant les omissions et les mensonges distillés par elle.

Mais, tout d’abord, de quoi s’agit-il exactement ?

Ce pamphlet a été produit par Madame Johnstone, à la demande de Monsieur Jean Bricmont, selon mes sources, duquel elle est une amie personnelle et qu’il aura ainsi envoyée en première ligne, en bon petit soldat prêt à batailler pour son maître.

En révisionniste avertie, probablement inspirée par les propos néo-négationnistes de son mentor, Madame Johnstone y réécrit l'histoire de ce qui s'est dit et passé lors d’une conférence qui s’est tenue à Bruxelles et à laquelle je participais, le lundi 21 octobre, dans le cadre du Festival des Libertés, face à Monsieur Jean Bricmont et à Madame Ayssar Midani, qui avaient uni leurs forces pour défendre le régime syrien contre l’éventualité d’une intervention militaire à son encontre.

Notre journaliste aux ordres omet ainsi les épisodes dérangeants pour sa thèse et ne fait pas état un seul instant du comportement indigne de son ami qui, à court d’argument, se lança dans le plus vil des systèmes de défense, celui qui procède d’attaques ad hominem envers son interlocuteur. C’est ce qui m’avait décidé à quitter la salle.

Quand j’avais accepté le débat, j’ignorais que Madame Midani avait réussi à s’y faire inviter et je m’attendais de la part de Jean Bricmont à une attitude plus digne, celle de l’intellectuel courtois qui m’avait honoré de son amitié, disposé à un débat aimable et productif, attente qui, de toute évidence, fut très malheureusement déçue.

Monsieur Bricmont, d’entrée de jeu, n’a pas hésité à me qualifier de menteur, affirmant qu’il ne croyais pas ce que, dans mon intervention qui précédait la sienne, je disais avoir constaté en Syrie : les tueries perpétrées par le régime sur sa population, les dizaines de morts, de blessés, de mutilés quotidiens, victimes des bombardements des Migs et des hélicoptères de combat que le gouvernement syrien a déployés au-dessus d’Alep et dont je rapportais les crimes de guerre ; les femmes accompagnées de leurs petits enfants, qu’elles tenaient par la main, pris pour cibles et massacrés par les tirs de roquettes à fragmentation d’un hélicoptère, alors que cette foule de plusieurs centaines de personnes attendait une distribution de pain, ce 21 août 2012 –je me trouvais là- ; les frappes de ces engins de mort sur l’hôpital Dar al-Shifaa du quartier de Tarik al-Bab, où je séjournais, un immeuble pourtant protégé par le signe du Croissant-Rouge… Autant de faits bien documentés par les heures d’images qu’avait filmées mon ami Eduardo Ramos Chalen, photographe équatorien, qui m’avait accompagné à Alep en août dernier. Quand j’évoquais le néo-négationnisme à propos de Jean Bricmont…

Alep - Bombardement du 21 août 2012 (Human Rights Watch)
 

Je n’épiloguerai pas sur tout le mal que j’ai ressenti en face de l’attitude de Monsieur Bricmont. Quand on a vu toutes les souffrances que je viens d’évoquer, quand on les a vécues, quand on les a partagées, quand on sait qu’elles continuent journellement, qu’elles se poursuivaient au moment même où Monsieur Bricmont s’exprimait, confortablement assis dans un profond fauteuil et pérorant doctement devant une assemblée tout à l’écoute de son formidable ego, quand on s’inquiète pour ses amis, restés là-bas, sous les bombes, avec leurs familles, manquant de médicament, de nourriture, de tout, on ne peut que céder à un grand malaise lorsque quelqu’un, soutenu par un « modérateur » partial et applaudi par un public acquis, du haut de sa chaire, nie cette terrible réalité sans lui-même s’être jamais rendu sur le terrain où s’épanche toute cette misère.

En revanche, relisant par le début le pamphlet dont question, je rétablirai la vérité sur les faits évoqués. J’essaierai d’être bref, mais il faut bien souvent de longues explications pour contrer un mensonge, qui se formule quant à lui en quelques mots.

Ainsi, à l’origine, le débat devait réunir trois intervenants, et non deux, comme essaie de le faire croire Madame Johnstone : Jamie Shea, Secrétaire général adjoint pour les défis de sécurité émergents au Quartier général de l’OTAN, Christopher Stokes, Directeur général de Médecins Sans Frontières Belgique, et moi-même, invité pour témoigner de la situation en Syrie et de mon expérience de la réalité du terrain.

Toutefois, Jamie Shea, après avoir  accepté de prendre la parole, a finalement renoncé à s’exprimer devant un public idéologiquement hostile, farouchement, à l’institution qu’il devait représenter. De même, le directeur de MSF, après avoir appris la participation de Madame Midani, a préféré se retirer d’un débat où il estimait ne plus avoir sa place.

C’est que Madame Johnstone a oublié de préciser qui est exactement Madame Midani, qui se  présente volontiers comme une « opposante au régime de Bashar al-Assad, mais d’une opposition constructive ». Dit autrement, Madame Midani, avec laquelle faisait équipe Monsieur Bricmont, fait partie de cette opposition de façade qui sert bien mal de caution au régime depuis des décennies et dénonce aujourd’hui les « terroristes » (entendez les « révolutionnaires ») tout en « négociant » des réformes avec le pouvoir, pendant que celui-ci arrête, torture et tue.  Mais, plus exactement, Madame Midani  ne fait en réalité partie d’aucun mouvement précisément identifié et, en fin de compte, elle ne représente qu’elle-même ; on se demande dès lors à quel titre Madame Midani fait régulièrement l’aller-retour entre Paris et Damas… Je l’avais déjà rencontrée, à l’occasion d’un talk-show de la BBC, auquel je participais, en juin, à l’Institut du Monde arabe, à Paris ; elle s’était introduite dans le public et intervenait de manière intempestive.

J’avais accepté le débat, mais sans savoir à quel point il allait être orienté, tronqué et malhonnête…

Pour discréditer mon témoignage, d’emblée, Madame Johnstone affirme et répète à l’envi que le « pauvre Piccinin » n’est, finalement, qu’un « jeune prof d’histoire dans un lycée de Bruxelles » -quel mépris pour les enseignants-, qui « raconte ses aventures sur son blog » (sic). Un obscur inconnu, un touriste de passage, en somme… Face à Jean Bricmont, « professeur à l’Université catholique de Louvain »… Professeur de physique théorique… Il est vrai que j’enseigne ; et, parallèlement à ma charge d’enseignement, diplômé en histoire et en sciences politiques, de l’Université Libre de Bruxelles et de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, j’ai couvert tous les terrains du « Printemps arabe » : la Tunisie (dont le Président, Moncef Marzouki, m’a reçu à plusieurs reprises au Palais de Carthage), l’Egypte, le Yémen, la Libye (j’étais avec les rebelles de Benghazi, sur la ligne de front, aux sièges de Brega, Raz-Lanouf et Syrte), le Maroc, la Syrie… ; mes articles et analyses ont été publiés dans diverses revues spécialisées et dans nombre de grands quotidiens européens… La malhonnêteté intellectuelle de Madame Johnstone est décidément bien navrante. Et, personnellement, je n’ai aucune prétention en physique théorique, et je n’ai pas souvent vu Monsieur Bricmont sur les théâtres des révolutions arabes, ni Madame Johnstone non plus, d’ailleurs… À vrai dire, je ne les y ai jamais vus.

Et Madame Johnstone de renchérir en resservant la soupe froide que ses pareils ont tant et tant répandue à mon retour de Syrie, en mai 2012, après que j’y ai été arrêté et torturé par les services de renseignement. Et c’est reparti, ils n’en démordent pas : de pro-Assad, à cause de ces mauvais traitements, c’est par vengeance qu’aujourd’hui j’attaque le régime. Ce petit raisonnement tout aussi séduisant qu’il est simpliste ne tient aucun compte des longs rapports que j’ai rédigés sur le changement d’opinion qui a résulté, en Syrie, des élections du 7 mai 2012, moment-clef de l’évolution de cette crise, auquel le président al-Assad, après avoir trahi toutes ses promesses de réformes, a perdu la confiance de ceux qui lui restaient attachés et s’est trouvé confronté à une insurrection généralisée à  la plupart des villes et villages du pays.

Ainsi donc, avant le mois de mai, je décrivais une situation favorable au régime (et les adversaires des Johnstone et des Bricmont, qui m’applaudissaient quant à eux, me qualifiaient de suppôt de la dictature ; Jonathan Littel, dans ses Carnets de Homs, m’appelait « crétin » ; et Christophe Ayad, dans Le Monde, me dépeignait sous les traits de Fabrice à Waterloo, qui avait traversé le champ de bataille sans rien voir) ; c’est un autre tableau qu’il me faut brosser désormais (et c’est donc au tour des Johnstone et des Bricmont de m’attaquer et de me qualifier de menteur). Il se fait que j’ai été emprisonné à ce moment-là ; mais ceci n’explique en aucun cas cela. Et je m’aperçois qu’Aristote avait tort : le juste milieu est intenable.

Madame Johnstone présente aussi les choses comme si elle et moi ne nous étions jamais rencontrés, comme si Jean Bricmont  ne  me connaissait pas non plus, comme s’il ne m’avait jamais vu auparavant… Nous avons donné ensemble des conférences et signé je ne saurais dire combien de cartes blanches dans la presse, ni combien de soirées nous avons terminées ensemble, autour d’une bière, dans le quartier universitaire de Bruxelles, ou devant un bon casse-croûte…

Elle prétend ensuite que, tel Fabrice à Waterloo (hélas pour elle, le bon mot était déjà pris…), je n’ai rien vu des islamistes qui se sont infiltrés en Syrie.

Dans mes chroniques d’Alep, j’ai détaillé mes rencontres avec les katiba (commandos) de Jabhet al-Nosra, avec un groupe se revendiquant d’Al-Qaeda, avec les combattants de Liwa al-Towheed… J’avais aussi fait état de groupes étrangers, de djihadistes, tout en n’exagérant pas, toutefois, l’importance de ces organisations, qui ne représentent guère plus de 5% des combattants anti-Assad, et, oui, contre lesquels l’Armée syrienne libre se bat aussi, l’ASL qui, pour le moment en tout cas, ne veut pas de ces étrangers en Syrie et qui l’a prouvé à maintes reprises –n’en déplaise à Madame Johnstone.

Mais, le point crucial, c’est celui-ci : Madame Johnstone asserte que je suis en faveur d’une intervention militaire en Syrie. Or, c’est faux.

Ainsi, englués dans leur aveuglement idéologique, dans leur anti-américanisme primaire, qui les amènent à soutenir, indirectement en tout cas, tout qui serait opposé à l’hégémonie atlantique et à dénier à un peuple le droit de se révolter contre l’une des plus sanguinaires tyrannies encore en activité, les vieux briscards de la lutte tiers-mondiste (dont je partage bien des valeurs –ne leur en déplaise non plus) n’ont ni écouté ma proposition, ni lu mes analyses, mais n’hésite pas, cependant –et sans la moindre vergogne-, à m’accuser d’avoir rejoint le camp des va-t-en-guerres.

C’est, en effet, que je plaide pour que prenne fin l’ingérence, pour que la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, Israël et les États-Unis cessent d’intervenir auprès des autorités turques et jordaniennes pour que ces gouvernements empêchent les armes destinées à l’ASL d’entrer en Syrie.

Et il n’y a plus que Madame Johnstone (et peut-être aussi Jean Brcimont et quelques autres) pour croire encore, dur comme fer, que Tel-Aviv veut la tête de Bashar al-Assad, alors que tout le monde en Syrie sait fort bien que, derrière les discours, le régime baathiste a depuis longtemps trahi la cause palestinienne et s’est accommodé de son voisin hébreux.

Car les faits sont ceux-là, pour les raisons que j’ai développées dans plusieurs articles et sur lesquelles je ne reviendrai pas ici ; des articles que Madame Johnstone n’a pas lus, manifestement, avant de m’attaquer si idiotement.

La plupart des révolutionnaires ne demandent pas d’intervention de l’OTAN.  Ce n’est pas nécessaire : ils savent que, s’ils avaient les quelques armes qui leur font défaut, des armes anti-aériennes notamment, celles que l’Occident avait immédiatement fournies en Libye, ils pourraient mettre en échec la dictature et rallier de nombreux militaires qui, par peur, continuent de servir le régime, mais feraient immédiatement défection si une chance de le renverser se faisait concrètement jour. Ils demandent uniquement le droit de se défendre et de s’en procurer les moyens. Et plusieurs des conseils militaires qui commandent l’Armée syrienne libre ont le projet de déposer une plainte devant la Cour pénale internationale contre ces États qui les empêchent de se défendre, pour complicité de crime contre l’humanité avec le gouvernement al-Assad.

Mais, tout cela, à l’instar de son ami physicien, Madame Johnstone ne le croit pas. Elle a une carte de presse, elle ; elle est journaliste, elle, et, donc, elle sait ; elle sait tout beaucoup mieux que le petit prof d’histoire. Elle ne croit rien, dès lors, de mes « aventures », des chroniques publiées en juillet et en août dans le quotidien belge Le Soir, dans lesquelles je détaillais l’horreur de la guerre qu’un gouvernement surarmé fait à son peuple insurgé.

« Il y a des horreurs, cela est sûr. Des deux côtés sans doute. Et puis ? », demande-t-elle, avec une légèreté qui frise l’indécence, surtout lorsque, comme ses comparses, leitmotiv écœurant, elle renvoie dos à dos les révolutionnaires et le régime. Comme si les coups de colère populaires, qui, malheureusement, conduisent parfois une foule à lyncher un shabiha, un de ces miliciens payés par le régime pour terroriser la population, lorsqu’elle en attrape un, avaient une quelconque mesure commune avec les enlèvements, les disparitions, les tortures, les exécutions sommaires, mis en œuvre par le régime depuis des décennies et érigés en système de gouvernement.

Madame Johnstone et Monsieur Bricmont, qui n’ont jamais mis un pied en Syrie, ont leurs certitudes, que rien n’ébranlera : l’Occident a envoyé des milliers d’armes aux rebelles syriens ; des dizaines de milliers de djihadistes et de mercenaires étrangers sont entrés dans le pays pour les aider et égorgent tous ceux qui refusent de les suivre (l’affabulateur Thierry Meyssan, du Réseau Voltaire, avance le chiffre de 60.000 combattants étrangers) ; des centaines d’agents de la CIA, du Mossad, de la DGSE et du MI6 sont aussi à l’œuvre et soutiennent logistiquement la rébellion... Ça, c’est la vérité de Madame Johnstone et de Monsieur Bricmont. Et on se demande bien ce que tous ces mercenaires et agents secrets attendent pour enfin renverser le gouvernement Syrien ; et c’est probablement pour qu’elles demeurent secrètes, que les révolutionnaires n’utilisent pas les armes qu’on leur a fournies en si grandes quantités… Et, moi, je suis un gros menteur et j’ai tout inventé ; et probablement les images effroyables que nous avons ramenées d’Alep, qui corroborent chaque mot de mes chroniques, ont-elle été tournées en studio, avec l’aide d’Al-Jazeera. Madame Johnstone ne l’a pas dit ; pas encore…

Seulement, voilà : dans quelques heures, je serai à nouveau dans l’Enfer d’Alep. Je verrai une fois encore mourir tout autour de moi. J’entendrai la rage des combattants de la révolution, contraints de reculer parce que les cartouches manquent, parce qu’ils ont épuisé les grenades qu’ils avaient fabriquées en remplissant de poudre des bouteilles de soda, parce que, toutes ces armes envoyées par l’Occident, tous ces mercenaires étrangers, ils n’existent pas.

Je témoignerai de la souffrance de pauvres gens qui n’étaient pas préparés à cela, des gens simples, désemparés, en pleine détresse. Je retrouverai les médecins de l’hôpital Dar al-Shifaa, qui opèrent et amputent sans relâche ; je croiserai les regards égarés, ici d’un père, là d’une mère, portant à bout de bras leur enfant mutilé. Je prendrai encore une fois dans mes bras ce petit garçon de cinq ans, pour l’éloigner des corps de ses parents et de son grand-frère, écrasés dans l’effondrement de leur immeuble bombardé…

Mais je ne lui dirai pas que, en Europe, là d’où je viens, des « intellectuels » comme Madame Johnstone et Monsieur Bricmont se gargarisent et se délectent de leur discours scandaleux, en affirmant que tout cela n’existe pas.

 

 

 

Lien(s) utile(s) : Alter Info 

 

 

Lire aussi :

 

- SYRIE - La Révolution syrienne s’organise, mais se débat, seule, face à la machine de guerre du régime baathiste

  

- SYRIE - Chroniques de la révolution syrienne

 

 

 

 

 

© Cet article peut être librement reproduit, sous condition d'en mentionner la source 

www.pierrepiccinin.eu

 

Commenter cet article