Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Monde arabe

Monde arabe

Pierre PICCININ da PRATA (Historien - Politologue)

Publié le par Pierre PICCININ da PRATA
Ukraine - Mais que s'est-il passé !? - Texte intégral 
  
(Femmes de Chambre, 24 février 2014)
 
 
Ukraine-insurrection-FDC-550x366
 
Depuis que l’opposition au président Iakounovitch a pris le pouvoir, ce samedi 22 février, les médias européens titrent sur la victoire de la démocratie. En revanche, la presse russe qualifie les événements de coup d’État, qui a renversé un gouvernement légitime et un président démocratiquement élu.
Alors, que s’est-il précisément passé en Ukraine ? Comment, en deux jours, l’équipe du président Viktor Ianoukovitch, qui apparaissait inébranlable, a-t-elle été si brusquement éjectée du pouvoir ?
Explications... * 
 
Portrait-journal-2
Le point de départ de la crise, ce fut le constat, fin 2013, de la nécessité pour l’Ukraine d’obtenir une aide économique substantielle dans le contexte financier désastreux qui minait le pays.
Deux « candidats » se sont proposés d’aider l’Ukraine en lui accordant le prêt sollicité : l’Union européenne, notamment par le truchement du Fond monétaire international (FMI), et la Russie, qui a immédiatement réagi.
« Réagi » ? En effet, car, si la guerre froide a officiellement pris fin en 1992, après le renversement de Mickaël Gorbatchev par Boris Eltsine, qui a sabordé l'URSS et vendu pour trois copecks toutes les entreprises d’État viables à ses amis de la mafia, depuis que Vladimir Poutine a pris en main les rênes de la Confédération de Russie, en 2000, ce dernier a récupéré le contrôle des principales ressources du pays, dont le gaz et le pétrole, par des méthodes policières musclées et parfois illégales, mais qui ont permis d’assigner les mafieux en justice ; le président Poutine a ainsi pu restaurer un embryon de sécurité sociale et, surtout, il essaie de rendre à la Russie un statut de puissance mondiale, d’où, à nouveau, une logique de confrontation face aux États-Unis d’Amérique et à l'OTAN, mais aussi face à l'Union européenne (UE) ; l’OTAN et l’UE, qui ont tous deux grignoté l'ancien espace d'influence soviétique en Europe centrale et s'attaquent désormais à l'espace russe lui-même (Géorgie, Ukraine, etc.).
Cette réaction russe a été sans commune mesure avec ce que proposait l’UE, qui ergotait sur les montants de l’aide, tandis que le FMI conditionnait sa participation au gel des avantages sociaux (pensions de retraites, aides aux familles, bourses d’étude, hausse des salaires…) et des dépenses dans la fonction publique : la Russie a proposé de mettre immédiatement sur la table une aide de 15 milliards de dollars (de loin plus importante que la somme négociée par l’UE), sans condition, et a en outre offert une diminution du prix du gaz de… 30% ! Le gaz russe, une source d’énergie dont l’industrie et les foyers ukrainiens dépendent très largement.
Le principal objectif de Moscou, c’est de convaincre l’Ukraine de renoncer à un rapprochement avec l’UE et d’adhérer à son projet d’Union eurasienne, dont la Russie négocie actuellement les termes avec la Biélorussie et le Kazakhstan notamment. Ce qui satisfait la majorité des Ukrainiens, dont plus de 50%, principalement établis dans la moitié sud-est du pays, la plus peuplée, et dans la péninsule de Crimée, en mer Noire (où sont établies des bases militaires russes), sont très attachés à la Russie.
Le 21 novembre 2013, le gouvernement ukrainien suspend dès lors les négociations avec l’UE, des négociations qui avaient débuté cinq ans auparavant, en vue de créer un partenariat économique entre l’Ukraine et l’UE, par le biais d’un « accord d’association ». Et l’accord avec la Russie sera signé à Moscou, le 17 décembre.
Dans ce laps de temps, appuyée par la diplomatie de l’UE, l’opposition au gouvernement pro-russe du président Ianoukovitch se réveille et mobilise ses troupes, qui manifestent d   ans la capitale, Kiev.
  
Une opposition soutenue par l’Occident.
2002-2004 : c’est la présidence pro-russe de Léonid Koutchma ; Viktor Ianoukovitch est premier ministre.
2004 : élections présidentielles – Léonid Koutchma se retire de la politique ; Viktor Ianoukovitch se présente aux élections et les remporte.
Mais son rival malheureux, Viktor Iouchtchenko, pro-UE, appuyé par l’autre grande figure de l’opposition, Ioulia Tymochenko, prétend que les élections ont été manipulées et appelle à l’insurrection.
C’est la « Révolution orange », appuyée médiatiquement et financièrement par l’UE et les Etats-Unis d’Amérique : plus de 100.000 manifestants envahissent la capitale et portent Viktor Iouchtchenko et Ioulia Tymochenko au pouvoir, mais sans qu’ils aient été élus.
Surpris par les événements, le parti pro-russe ne sait comment réagir.
2006 : élections législatives – Étonnant retournement de situation : les Ukrainiens votent massivement pour la formation de Viktor Ianoukovitch qui remporte le scrutin ; le président Viktor Iouchtchenko est contraint de nommer Viktor Ianoukovitch au poste de premier ministre.
Les pro-russes n’étant plus au pouvoir et ne contrôlant plus l’organisation du scrutin, il est cette fois-ci impossible à Iouchtchenko et Tymochenko de crier à la fraude électorale…
2010 : élections présidentielles – Les élections démentent une nouvelle fois les apparences « oranges » : les Ukrainiens votent en faveur de Viktor Ianoukovitch, qui est élu président ; Ioulia Tymochenko, sa rivale malheureuse, est renvoyée dans l’opposition (elle sera plus tard jugée pour malversations durant son mandat de premier ministre et condamnée à quatre ans de prison ferme).
Les élections ont ainsi renversé tout ce qui avait été imposé à l’Ukraine par la force, lors de la « Révolution orange ».
Une « révolution » qui n’avait rien eu de « spontané », en réalité, et participait au remodelage global de l’ancien glacis soviétique, remaniement que Washington et les chancelleries européennes avaient entrepris en promouvant ces « révolutions de couleur » qui tentaient d’abattre les derniers gouvernements pro-russes, en Serbie, Géorgie, Ukraine, Kirghizistan et, avec moins de succès, en Biélorussie.
Des « révolutions de couleur » qui ont toujours procédé de la même recette : un groupuscule organisateur est mis sur  pied, une cellule, composée d’opposants, financés et soutenus logistiquement (ordinateurs portables, abonnements à internet, téléphones cellulaires, etc.). Formés par des instructeurs, professionnels de la révolution, sous le couvert d’ONG sensées promouvoir la démocratie et les droits de l’homme, telle la célèbre Freedom House, ils arborent une couleur et un slogan simple, qu’il est facile de diffuser.
Le mouvement vise avant tout la jeunesse, aisément mobilisable, et, par un militantisme acharné, centré sur la capitale, donne l’impression que la population est majoritairement favorable au changement.
La « révolution » éclate à l’occasion d’une échéance électorale importante : le pouvoir est accusé de « fraudes massives » et le chef du gouvernement est désigné comme responsable de tous les maux du pays ; il est le seul à être diabolisé, ce qui permet à son entourage de prendre ses distances et de changer de camp tant qu’il en est encore temps...
L’objectif est de concentrer plusieurs dizaines de milliers de personnes en un point symbolique de la capitale, et de donner alors une impression de révolution, que relayeront les médias nationaux et étrangers, amplifiant ainsi le phénomène.
Il va sans dire que cette formule ne peut réussir que dans un contexte démocratique, puisqu’elle nécessite à la fois l’existence de médias indépendants et d’une certaine liberté d’action.
Mais, en Ukraine tout comme au Kirghizistan, le verdict des urnes a eu raison des velléités euro-atlantistes, en rétablissant au pouvoir une majorité pro-russe. 
Exit, donc, la « Révolution orange ».
À Washington comme à Bruxelles, on a grincé des dents… 
2012 : élections législatives - Les Ukrainiens confirment leur choix de 2006 et 2010 en faveur des partis pro-russes et de la formation de Viktor Ianoukovitch, qui renforce ainsi sa position au parlement.
2014 : l’opposition pro-UE remet ça… et les médias européens aussi. Ils titrent à nouveau : « les Ukrainiens se révoltent contre le président Ianoukovitch ».
 
Retour de l’insurrection.
Fort de la légitimité des urnes, le président Ianoukovitch a résisté et a obtenu du parlement ukrainien le vote de pouvoirs extraordinaires pour faire face à cette tentative de déstabilisation du gouvernement.
Mais, en février, parmi les dizaines de milliers de manifestants qui déboulent dans la capitale, Kiev, et bien que ceux-ci soient qualifiés de « pacifiques » par les médias européens, des activistes d’extrême droite, issus de mouvements nationalistes ukrainiens opposés à l’alliance avec la Russie, principalement les groupes paramilitaires du parti néofasciste Svoboda (antisémite et russophobe), venus de la Galicie voisine, dressent des barricades et s’arment de bâtons, de barres de fer et de couteaux pour contrer les offensives des forces de la police qui tentent de les déloger de leurs positions. Des armes à feu et des cocktails Molotov font aussi leur apparition ; et les « manifestants pacifiques » n’hésitent pas à tirer à balles sur les policiers, qui répliquent. Certains groupes encore mal identifiés s’emparent même de plusieurs bâtiments publiques et ministères et prennent des fonctionnaires en otage. Dans les médias européens, on parle de « volontaires de l’autodéfense », victimes des « snipers du gouvernement »…
Cette violence a rapidement provoqué le départ de nombreux manifestants, qui ont déserté le terrain des combats. À partir du 20 février, ne demeurent plus sur la place Maïdan, au cœur de Kiev, qu’une vingtaine de milliers de manifestants armés, selon l’opposition, moins de dix milles, selon le gouvernement (la population ukrainienne se chiffre à près de 45 millions d’âmes).
Pour éviter l’escalade, confronté aussi au bilan des morts et des blessés qui s’alourdit d’heure en heure, le président Ianoukovitch accepte la médiation de l’UE, seule capable d’amener l’opposition à accepter la signature d’un accord.
D’abord hésitants, Vitali Klitschko, Arseni Iatseniouk et Oleg Tiagnibok, les leaders de l’opposition, qui se sont constitués en « Conseil du Maïdan », sont bien obligés d’accepter les propositions de l’UE, leur puissant soutien : la fin des pouvoirs spéciaux (réforme de la Constitution), des élections présidentielles anticipées et la formation d’un nouveau gouvernement, d’union nationale.

Oleg Tiagnibok, le chef du Parti national-socialiste ukrainien (PNSU), parti xénophobe et ultranationaliste... Une formation rebaptisée Svoboda en 2004, dont les milices paramilitaires occupent la mairie de Kiev et en interdisent l’entrée aux fonctionnaires attitrés (les portes d’entrées de la mairie sont désormais ornées de croix gammées et un portrait d’Hitler trône dans la salle du conseil, à côté de celui du collaborateur pro-nazi Stepan Pandera) ; et ce sont les milices du mouvement néofasciste Praviy Sektor, héritières des divisions ukrainiennes de la waffen-SS qui s’étaient battues aux côtés des nazis durant la seconde guerre mondiale, qui assurent le service d’ordre dans le centre de la capitale...   

Le président Ianoukovitch accepte lui aussi les termes de l’accord.
Il croit pouvoir ainsi sortir de la crise sans augmenter l’usage de la force et, certain d’une victoire  par les urnes, pense avoir coupé l'herbe sous le pied de l'opposition.
L’accord est entériné le vendredi 21 février, en présence des représentants allemands et polonais.
   
Coup d’État.
C’est le samedi 22 février que la situation bascule : l’annonce de l’accord ne met pas fin aux heurts qui ravagent le centre de Kiev ; la police, qui a reçu l’ordre de ne plus répliquer aux provocations des émeutiers, bat en retraite ; mais les manifestants armés poursuivent leur action et progressent vers le parlement.
Paniqués par les concessions acceptées par le président et par l’affaiblissement du gouvernement, des députés du parti des Régions (le parti du président Ianoukovitch) quittent Kiev, précipitamment, pour se réfugier dans l’est de l’Ukraine (dans les fiefs pro-russes) ; d’autre tournent casque et essaient de changer de camp en donnant des gages aux leaders de l'opposition, suivis par le chef de la police et plusieurs ministres.
Il devient évident que les accords signés sous l’égide des émissaires de l’UE ont constitué un marché de dupes : pris à son propre jeu, le président Ianoukovitch abandonne lui aussi la capitale et gagne Donetsk, se réfugiant lui aussi en territoire pro-russe.
Appuyé par ceux des députés qui siègent encore dans l’enceinte parlementaire, sous la pression des manifestants armés qui encerclent le bâtiment, Oleksandr Tourtchinov, membre de l’opposition et proche de Ioulia Tymochenko, se fait élire chef du parlement. Le parlement vote aussi, d’affilée, la destitution du président Ianoukovitch et la libération immédiate de Ioulia Tymochenko, qui apparaît sur la place Maïdan et harangue la foule. Elle est suivie par Vitali Klitschko, qui, pourtant signataire de l’accord, s’exclame : « Ianoukovitch a été mis KO ! »
Le coup d’État est consommé.
 Il sera immédiatement avalisé par les gouvernements européens, y compris les signataires des accords du 21 février, qui reconnaissent les uns après les autres la validité des décisions prises par le parlement ukrainien (en réalité par les députés de l’opposition et les quelques députés de la majorité renversée qui n’ont pas déserté l’hémicycle). Le premier ministre polonais, dont le ministre des Affaires étrangères avait apposé sa signature au bas du texte de l’accord de sortie de crise deux jours plus tôt, appelle à « l’incarcération de Ianoukovitch » (sic).
Le dimanche 23 février, ce semblant de parlement désigne Oleksandr Tourtchinov président intérimaire (Ioulia Tymochenko, qui a déjà annoncé sa candidature à la présidence et se réserve pour cette échéance, prévue pour la fin mai 2014, a refusé le poste, de même que celui de premier ministre).
Au-delà du cas personnel du président Ianoukovitch (et quel que soit le degré d’antipathie que génère le personnage), qui a déclaré depuis lors n’avoir plus l’intention de démissionner (son mandat s’achève en mars 2015) et refuser, dans ces conditions, de donner suite aux accords du 21 février, c’est de la souveraineté de l'Ukraine, qu’il s’agit à présent, et de la démocratie ukrainienne. Les putschistes ont en effet déjà exprimé leur intention de résilier l'accord économique et gazier passé avec Moscou pour s'empresser (sans même attendre les prochaines élections promises) de signer l'accord d'association avec l'UE auquel avait renoncé le gouvernement Ianoukovitch, un accord pourtant catégoriquement défavorable à l'Ukraine, tant économiquement que socialement, et très nettement moins intéressant que les offres d'aide russes. On voit pour qui roule la révolution; quelques jours à peine, et les masques sont tombés...
Permettra-ton au président Ianoukovitch de se présenter face à Ioulia Tymotchenko, à l’élection présidentielle prochaine ? Comment la communauté pro-russe va-t-elle réagir à ce nouveau coup de théâtre ? Quelle conséquence l’attitude des chancelleries européennes aura-t-elle sur la crédibilité de l’UE dans ses relations avec les républiques de l’est ? Quelle attitude la Russie (qui a d’emblée suspendu son aide économique) adoptera-t-elle désormais face à l’Ukraine et à l’UE ?
Les élections à venir rétabliront-elles à nouveau une majorité pro-russe à la tête de l’Ukraine ? Et une troisième révolution, soutenue par l’ouest, viendra-t-elle une nouvelle fois renverser le verdict des urnes ?     
   
* Pierre Piccinin da Prata est l'auteur de Iran, 2009. Une révolution colorée ? (Analyse du mouvement contestataire - Framework et clivages du paysage sociopolitique iranien), à paraître aux éditions Dictus.
 
Lien(s) utile(s) : Femmes de Chambre
 
carte ukraine fr
 
 
Lire également (par le même auteur) :
 
 
   
 
 
 
© Cet article peut être librement reproduit, sous condition d'en mentionner la source
 
 

Commenter cet article

Jos Peeters 22/08/2014 22:00


Vous vous sentiez en Syrie abandonnée par l'Etat belge, qui n'aurait fait n'importe quoi pour vous. Je constate que vous ne réalisez pas que vous avez choisi vous-même les risques comme le
journaliste dont on a coupé la gorge ou ceux qui ont choisis de personnellement combattre personnellement l'Ebola en Afrique Ebola et beaucoup d'autres, qui sont sauvés par des millions rançon ou
en échange de dirigeants talibans. Pendant ce temps, vous ne pouvez pas faire un rapport sur les guerres qui sont menées par les autorités de votre propre pays contre les citoyens dissidents, des
véritables réfugiés politiques, qui sont obligés de chercher dans d'autres pays, l'aide humanitaire et où leur droit d'expression n'est pas poursuivis et un mandat d'arrêt européen est été rejeté
sans appel contre ce rejet.